Oui, on peut rire de tout !

Salsa en boite (suite)

2 Mai 2009 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Société

Les réticents et réticentes à ces méthodes peuvent toujours se tourner vers les soirées salsa.
D'abord parce qu'elles sont plus accessibles financièrement. Comptez 12 € pour une soirée salsa parisienne.
Pour ce prix là vous avez: le vestiaire, le cours, la boisson, la soirée et le numéro de téléphone d'une fille (ou d'un garçon) qui vous est fourni en fin de soirée pour vous remercier d'être venu.
Alors que dans une soirée classique le ticket d'entrée est à 20€.
Pour ce prix là vous avez: le sourire du videur (vous pouvez l'apercevoir si vous êtes assez grand), la soirée et le ticket de caisse (fourni sur demande).
Dans les soirées non-salsa la boisson et le vestiaire sont en suppléments. Pour le numéro du portable seuls les deux premiers chiffres, 06, vous seront fournis. À vous de deviner les 8 derniers.
Un autre problème c'est qu'à cet prix là vous êtes OBLIGE de vous amuser. Pas le choix. Vous n'avez ainsi dire pas les moyens financiers de vous trouver malade ou la tête ailleurs à une soirée.
On arrive en club vers minuit et on en ressort en général sous les coups de 4 heures du matin ce qui fait environ 5€ de l'heure (puisque j'ai dit plus haut que la soirée était à 20 €. Si vous pouviez suivre un peu...). C'est chez le night-clubbeur que l'expression «le temps c'est de l'argent prend tout son sens».

Est-ce que vous vous rendez compte qu'à ce prix qu'aller aux toilettes vous fera perdre 2,5 € ? Bon certains me diront «Ouais Michael Ange t'es bien gentil mais nous on ne prend pas une demi-heure pour aller et revenir des toilettes !». D'accord mais à ceux là je leur répondrais que j'y ai inclus le temps que prenait les hommes PROPRES pour bien secouer la gougoutte (sinon le pipi il reste dans le slip) et se laver les mains.

Autre particularité des soirées salsa: retrouver les heu LE même DJ aux diverses soirées.
Exemple d'annonce:
Lundi: DJ Bernardo aux platines pour un super mix de porto, bachata, merengue et cha-cha yeaAAAH
Mardi: DJ Bernardo aux platines pour un mix complètement fou de bachata, cha-cha, merengue et de porto, re-yeaAAH
Mercredi: DJ Bernardo aux platines pour un mix cha-cha, porto, merengue et bachata et re-yeah
Jeudi: DJ Bernardo aux platines pour un mix cha-cha, bachata, merengué. Yea EUH ?...ET PORTO ! (je l'avais oublié) YEAAH
Vendredi: DJ Bernardo aux platines pour un mix inédit de porto, cha cha, merengué et bachata
Samedi: DJ Bernardo aux platines pour un mix étonnant de merengué, cha cha, porto et bachata
Dimanche: DJ Bernardo aux platines pour un mix jamais vu (si on n'est pas sorti de la semaine) de porto, merengué, bachata et chacha.

Les soirées salsa connaissent, à la différence des soirées classiques, très peu d'incidents. D'ailleurs, c'est un point très étonnant à propos des soirées non-salsa quand on y réfléchit. Comment peut-on avoir envie de se battre un samedi soir alors que l'ambiance est à la fête ? Un mec qui sort pour s'amuser et qui finit la soirée dans une bagarre qu'est ce qui se passe quand à la base il est de mauvaise humeur ?
Normalement, on est plutôt détendu le samedi. Surtout quand vient le soir. Notre nerveux du samedi soir a certainement dû passé une mauvaise fin de semaine. J'imagine qu'il devait être relax le lundi quand tout le monde est un peu agacé par le retour au travail mais que tout a dû se gâter à partir de mercredi . Vu sa tendance à s'énerver quand tout le monde s'amuse probablement qu'on a dû lui faire une mauvaise surprise: une fête pour son anniversaire...

Ce tableau dressé des soirées salsa et non-salsa ne serait pas complet si n'y figurait pas le clivage bien spécifique entre portosiens (adepte de la salsa portoricaine) et cubains (adepte de la salsa cubaine) !
Au risque de surprendre les non-salseros il est à noter qu'il existe plusieurs types de soirées salsa à Paris. Portoricaine, cubaine et colombienne. Les meilleures étant sans aucun doute les soirées salsa porto et je ne dis pas ça parce que je suis portosien mais parce que beaucoup d'autres personnes -des portosiens- le disent également quand on leur pose la question. Ce que les cubains ont tendance à nier. Même quand on ne leur pose pas la question.
Néanmoins ce qui s'avère être un fait incontestable c'est que les soirées colombiennes ne sont pas terribles. Réponse identique selon qu'on pose la question à un portosien ou à un cubain.

Le seul point commun que l'on pourrait trouver entre les soirées salsa & non-salsa étant l'excuse quasi-universelle et incroyable trouvée par la division diplomatique de la gent féminine pour refuser une danse aux hommes en fin de soirée: «Peux pas. J'ai mal aux pieds».
François 1er disait: Souvent femme varie bien fol qui s'y fit.
Moi j'ajouterais juste: Avec leur mal de pieds elles nous cassent les nôtres.


Et aussi:

Revenir au début de l'article

Net-Dating

Les plans sexes


Lire la suite

Salsa en boite

1 Mai 2009 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Guerre des sexes

Voulez-vous un scoop ? Un vrai ? Notre président de la république Nicolas Sarkozy a deux frères jumeaux qui lui permet de faire plusieurs choses et surtout d'être partout à la fois: imposer par décret le remplacement du mot «président» par «Votre Majesté», à Vincennes: apprendre à un singe à faire la grimace, rédiger avec des journalistes du Nouvel Observateur les questions qui vont lui être posées, sauver Willy des pêcheurs bretons, libérer Ingrid Bettencourt piégée par des camionneurs en grève à hauteur de la A1 et enfin, après les infirmières bulgares, sauver des tibétains que personne en Chine nem. Ah vous le saviez déjà !! Zut alors.

Un autre scoop dans ce cas ? Ok. Les boites de nuit ne sont pas des lieux de rencontres. Oui, vous avez bien lu. Certains devaient s'en douter mais les autres.. Et pourquoi cette affirmation ?
D'une observation comportementale de la population féminine la plus sexuellement attractive. Ou mater les plus bonnes si vous préférez. Alors je ne sais pas comment ça se passe en province mais ici dans la capitale c'est un peu spécial. Plus elles sont sexy, moins elles sont là pour faire des rencontres. Et c'est, du coup, les premières surprises lorsque des hommes viennent à leur rencontre.
«Quoi mais qu'est que vous me voulez ? Me parler ??? Mais vous n'y pensez pas ! Allez ouste vilain»
Bien évidemment, elles ne sont, aucunement, dans l'obligation d'accepter les avances de tous ceux qui se présentent. Ne serait-ce que pour la bonne et simple raison qu'elles n'ont pas la condition physique pour. N'est pas Clara Morgane qui veut.
Il faut se mettre à leur place aussi. Elles ont choisi une jupe avec 3, non 2 cm de tissus au dessous des fesses - certaines hésitant même à venir en culotte- ce n'est quand même pas pour se faire tripoter par des mecs bourrés à 4h du matin.
- Isabelle, ISABELLE, on voit mon cul ou pas avec cette jupe ?
- Un peu Jessy. T'as l'air d'une salope !
- Huum. Tu as raison je vais la changer et en mettre une plus sexy.

Mais l'origine des conflits entre les deux sexes provient d'abord et surtout d'un problème de communication.
La réponse à ce problème peut se trouver dans le concept adopté par certaines soirées de dating où le principe est que les participantes indiquent leur statut, célibataire ou en couple, à l'aide d'un bracelet. C'est bien mais on peut aller plus loin. Ce qu'il faudrait c'est inscrire sur le front (afin d'avoir la meilleure lisibilité) le s
tatut ET l'état de la fille: célibataire mais avec ragnana, sort d'une relation compliquée de deux semaines (les filles avec un grand front seront plus faciles à comprendre), en union libre le vendredi et samedi soir, dépacsé (comme un divorce mais après un pacs), nymphomane pète couilles, etc.

Les réticents et réticentes à ces méthodes peuvent toujours se tourner vers les soirées salsa d'abord parce que..
suite ici


Et aussi:

Net-Dating

Les plans sexes

Ce que veulent les femmes...

 


Lire la suite