Oui, on peut rire de tout !

Entretien avec un Natas

23 Avril 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Internet & Réseaux Sociaux

110423---Robert-vs-Guillaume.jpgJ'ai rencontré pour la seule & unique fois de ma vie Guillaume Natas, en chair et en os, à une soirée de blogueur. À cette période, l’univers de la twittosphère m’était inconnu. Je ne pus naturellement donc pas savoir à qui j'avais réellement affaire: un type méchant et adepte de l’humour noir sur Twitter et sur son blog.

Depuis Gargamel -le Hitler des Schtroumpfs-, Lex Luthor (tu le connais pas mais tu sais déjà que tu vas le quitter) ou le plus terrible William L. Oui, William, c'était un imbécile que j'ai connu en 6ème et qui ne manquait pas une occasion pour me piquer mes affaires (en même temps c'est mon classement), la méchanceté n'a cessé de m'interpeller. Bref, sentant une propension au sadisme et  au cynisme chez ce garçon sans que je pus m’expliquer encore pourquoi, j’ai, pour cette raison, pris beaucoup d’intérêt pour le personnage lors de cette soirée.

 

Récits

 

Avec tout ça, forcément, le feeling était bien passé entre nous. Guillaume fut ce soir là, accompagné de quelques amis et de sa petite amie « Bella ». En tout cas, c’est comme ça qu’elle se faisait appeler (et moi à un certain âge, j’ai compris qu’il était vain de vouloir comprendre tous les délires des cas sociaux).

La soirée blogueur étant terminé et désireux de prolonger un peu plus la soirée, Guillaume nous proposa gentiment alors de finir la soirée chez lui. Ce fut le dernier geste gentil que je vis de la part de Guillaume.

Lui et sa copine habitaient dans un pavillon en proche banlieue situé en zone 51 du RER. La maison était très sympa bien qu’un peu lugubre. Alors lugubre, c’est quand derrière la dite maison, vous pouvez trouver un cimetière en guise de jardin et que l’habitation la plus proche était un vieil hôpital abandonné. J'ai vu plus Fanta comme ambiance.

 

Mais ce ne fut pas grave car une fois franchis la barrière métallique et la porte grinçante, l’intérieur était plutôt agréable. On va dire moins sinistre. Bien installé dans le salon, je tâchai de découvrir un peu plus Guillaume. Et je ne pus m'empêcher d'admirer les tableaux de famille (quand on s'appelle Michael Ange, faut bien faire semblant de s'intéresser à l'art). Je dis famille mais en fait, on voyait toujours Guillaume sur les tableaux. Mais avec des costumes d’époques différents à chaque fois. J’imaginai alors qu’il devait s’agir des ancêtres de Guillaume. Mais quelle ressemblance ! Des portraits crachés: n’eut été ces crocs qui apparaissaient de temps en temps, on aurait pu juré que c’était Guillaume.

C'est à ce moment que la petite amie me précisa que Guillaume était originaire de Transylvanie.

- Ah bon ? Fis-je. C'est incroyable. Mais vous vous connaissez depuis longtemps ?

- Une éternité répondis alors Guillaume. Je ris à cette réponse.

- Qu'il est con ce Guillaume m’exclamai-je

 

Curieusement sa blague n'eut pas l'air de le faire rire. J’entrepris alors de dérider l’ambiance.
- et vous faites quoi le week-end sinon ?

Là Guillaume avec un intérêt soudain alla chercher un bocal. J’y vis à l’intérieur un insecte emprisonné. Je vous l’ai dit que je soupçonnai le personnage de sadisme. Je ne me trompai pas. Et je ne me gênai pas pour le lui faire remarquer.

- Tu vas pas tuer cette mouche ? lui demandai-je

- Tuer une mouche ? Pff. On l’a fait, il y a des mois mais ça nous a vite ennuyé. Non, nous avons trouvé plus rigolo. Regarde, on filme la mort de la mouche et on montre la vidéo à la femelle et aux larves de la mouche, histoire de les traumatiser.

Je me souviens alors que sa copine éclata de rire. Moi pas. Mais cela n’empêcha pas Guillaume de continuer sur sa lancée.

- Bon ok. Mais écoutes le meilleur. Là, tu vas kiffer. Le top, ça c’est mon idée, c’est d’aller récupérer une guêpe et après un bon dressage, on la force à violer la femelle devant les larves.

Je restai sans réaction mais Guillaume rejoignit Bella dans un grand fou rire. Ce type est juste un grand malade pensai-je alors.

 

  Un dîner presque parfait

 

Je dois avouer que si je commençai à avoir de de légers soupçons sur la nature de Guillaume, c'est surtout à l'heure du dîner que je commençai réellement à me poser des questions.

Guillaume nous proposa alors de dîner car ce dernier commença à « avoir les crocs » selon ses termes. Trente minutes plus tard, la sonnerie retentit, signe que les pizzas commandées étaient arrivées.

« Le dîner est servi » cria alors Guillaume et il courut vers la porte.

- Heu Michael c'est pour toi me cria t-il

- Quoi ? Mais qui ? fis-je étonné.

J'allai à la porte. C'était Elturcolocoloco. Et heu Elturcolocoloco c'est l'un de mes plus anciens followers sur Twitter.

- Qu'est-ce que tu fous là ? Lui demandai-je alors

- Ben je suis ton follower alors je te suis.

J'ai pas répondu tout de suite. Je pris longuement sur moi afin de ne pas lui répondre sans céder à la violence.

- Mais quel crétin, c'est sur Twitter qu'il faut me suivre. Pas dans la vraie vie ! Rentre chez toi maintenant. Tes médecins doivent s’inquiéter lui criai-je alors.

Je me retournai confus vers Guillaume.

- Je suis désolé, il lui manque une mise à jour.

- C'est pas grave me fit-il. Mais qu'il s'en aille maintenant: je vois le livreur qui arrive.

En effet, ce dernier arriva et croisa Elturcolocoloco qui s'en allait en pleurant. Cette scène me fit de la peine. Je le rattrapa alors.

- mais sinon t’as qu'aller voir la_question. Tu es son follower également. Il préside ce soir le 30ème anniversaire de règne de sa mégalomanie. Il attend plus de 2000 personnes mais je crois que personne n'est venu. Ça lui fera plaisir

- merci me répondit-il j’y vais tout de suite

 

Je retournai ainsi le cœur un peu plus léger à l'intérieur mais je ne fus pas au bout de mes surprises: je trouvai le livreur allongé sur le sol, les boîtes de pizza, pour certaines ouvertes, fumantes à ses pieds. Guillaume et ses amis étaient sur lui en train de le dévorer. Soyons précis: ils le suçaient. Soyons encore plus précis (j’ai aussi un public masculin célibataire): ils lui suçaient le sang. Le pauvre employé du Pizza Rabbit étaient en train de hurler à la mort. Ce qui pouvait se comprendre. Passe encore l'absence de pourboire mais les prises de sang forcés et sans rendez-vous, moi, perso ça m'aurait pas plu.

Évidemment vous pensez bien que, passé ma surprise, je ne put rester là sans rien faire:

- Eh mais qu'est-ce que vous faites ?

Ils s'arrêtèrent et me jetèrent un regard furieux. Visiblement ils n'apprécièrent pas mon intervention mais je restai sur ma position:

- ben je sais pas, l’emballage de pizza ouvert, vous vous êtes pas dit qu'elle allait refroidir ? Et personne pour la refermer ? Et c’est qui, qui va se taper une pizza surgelé ? Un indice va s'afficher sur mes lèvres: c’est bibi.

Guillaume était tout penaud.

- Ben on avait faim bredouilla t'il

- Mais je m’en tape ! Mais t’a été élevé chez qui ? C'est des trucs que je supporte pas criai-je.

Je fus assez remonté mais quelque chose m’énerva encore plus quand je vis la tête de la première pizza. Alors je vérifiai  ce que je redoutai dans chacune des boites. Pas évident car il y avait parfois des membres du livreur qui traînaient sur les boites. Mes craintes furent confirmés et j’entrai alors dans une colère noire (facile pour un antillais):

- Mais putain, vous avez oublié de demander le supplément ail pour ma part ! C’est la seule chose qui donne du goût à leur pizza chez Pizza Rabbit et vous l’avez pas demandé. Je te l’avais dit, Guillaume. Non ne mens pas, je te l’avais dit mais c’est my gueule et compagny ici ! C’est bon, je me casse !

 

Bella recracha alors le doigt du livreur qu’elle avait dans la bouche et essaya de calmer les choses.

- Te fâche pas.

- Non c'est bon. De toute façon, je suis fatigué et il se fait tard. C’est pas trop vous demander que de m'avancer jusqu’au RER ? Y'a plus de bus à cette heure dans votre bled pourri.

 

 

Faim de soirée

 

 

Évidemment en disant ça, je m'attendis à ce que Guillaume aille chercher des clés de voiture ou un casque. Que nenni. Au lieu de cela, il m'invita à l'accompagner dehors. Et là, dans l'espace situé entre la porte et le grillage maléfique pardon métallique, il enleva sa veste, très belle veste en lin au demeurant, et sortit de son dos deux ailes géantes de chauves souris. Torse nu, il commença à s'avancer vers moi pour, j'imaginai alors, m'emmener avec lui dans les airs (en même  temps si cela avait été pour aut'chose c'était, et je vous le dis tout de suite, ma main dans la gueule). Moi, vous pensez bien, j'étais scié. Comme le serait n’importe qui d’ailleurs. Évidemment, une tonne de questions me vint en tête mais c’est la plus obsédante qui sortit :

- Mais t'auras pas froid en altitude ? lui demandai-je alors

- non ça ira le sang du livreur me tiendra chaud pendant le voyage.

- Ben oui J'suis bête. Ah ben non c'est toi la bête ha ha ha.

Il ne rit pas. Ce qui me convainquit définitivement que nous n’avions pas le même sens de l’humour.

Guillaume ne mit que 10 minutes pour me ramener. Et encore, nous aurions pu arriver plus tôt si Guillaume n’avait pas voulu se venger d’un pigeon qui avait eu la malheureuse idée de lui chier sur l’aile. Il me déposa devant chez moi et repartit après m’avoir souhaité une bonne nuit et s’excusa encore l’incident.

Il s’enfonça dans la nuit quand je me dis, en le regardant, que décidément ce type était vraiment un drôle d’oiseau.

 

 

Et aussi:

 

Twilight ou l'histoire d'Edward au teint d'argent (1/2)

 

Pour quelques tweets de plus

 

Les blogs qui débloquent

 

 

Lire la suite

À la rencontre d'une blogueuse beauté

20 Avril 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Internet & Réseaux Sociaux

4731499015_b2be4c0966.jpgBonjour, je suis Barbara mais vous pouvez m’appeler Alexandra même si mon vrai nom est en fait Jennyfer. L’important étant que vous n'utilisiez pas Claire. C’est le prénom de mon état-civil mais je ne l’aime pas car il fait trop salope. Bref. Je suis venu vous présenter mon activité de blogueuse. Mais pas de n’importe quelle blogueuse car je suis blogueuse beauté hi hi hi.

Mon blog, vous le connaissez, c’est www.big-beauty-fashion-style-nocheap-bombasse.com. J’ai mis un peu de temps à lui trouver un nom car je voulais un nom qui résume bien l’idée de mon blog et en même temps très minimaliste. Je vais vous raconter une journée type d’une blogeuse beauté & fashion.

 

6h00. Lever. Oui, je me lève tôt car il est important pour ma peau de recevoir les tous premiers rayons de soleils de la journée. Une étude a démontré ses bienfaits dans la préservation de la douceur de la peau.

 

9H30. Heu re-lever. Ben oui, je suis allé me recoucher: 6h c’est tôt quand même. Allez, salle de bain avant de commencer cette grosse journée.

 

11h59. Sortie de la salle de bains. Oulala ce gommage a pris plus de temps que prévu. Il faut dire aussi que pour ne pas faire comme les autres blogueuses beauté, j’ai décidé ne pas utiliser un gommant habituel mais une vraie gomme. Comme celle à l’école. J’utilise le côté rose parce que le bleu a tendance à vous dessécher assez violemment la peau et à vous donner un vilain teint de Schtroumpfs.

 

12h30. Déjeuner avec une copine dans un restaurant tendance du 8ème. Je vais essayer une de leur salade minceur aux carottes bio de Tchernobyl. Il paraît que ça élimine toutes les toxines et mêmes les cellules. Et qui dit cellule, dit cellulite hi hi hi

 

14H. Devant le salon de coiffure Jean-Robert Cohen. Alors là les filles, ne soyez pas jalouses mais j’ai rendez-vous avec un grand coiffeur de la place parisienne. Il m’a promis une coupe gratuite si je lui écrivais un billet sur mon blog.

 

14h10. Entrée au salon. Désolé mais c’était pas facile de trouver la poignée des portes automatiques. Next ok ?! Ok. L’entrée de ce salon est payante: 15€. En même temps, c’est pas très grave puisque je vais avoir droit à une coupe gratuite du célèbre Jean-Robert Cohen.

 

15h30. Arrivée de Jean-Robert Cohen. Le coiffeur de légende arrive accompagné d’un photographe et d’une attaché de presse. Elle me fait signe de m’installer.

« Quel shampoing souhaitez-vous utiliser» me demande t-il ? «Bite de Bambou ou Salope des prés ? »

- Heu salope des prés (faut dire que le nom a l’air plus sympa que l’autre)

- Ok. La coupe est gratuite mais pour le shampooing, ce sera 25 euros

- Pas de problème (m’en fous, une coupe gratuiiiite de Jean-Robert Cohen, soyez pas jalouses les filles)

 

15h45. Sortie du salon. Je quitte le salon avec ma nouvelle coupe de cheveux. Je décide immédiatement de la montrer à ma meilleure amie Magalie. Elle est infirmière et travaille pas loin.

 

16h10. À l’intérieur d’une clinique du 16ème. Je suis en train de siroter un café dans la cafétéria avec Magalie pendant sa pause. Elle ne voit pas beaucoup de différence avec mon ancienne coupe de cheveux mais je vois bien qu’elle est verte. Malheureusement, le médecin-chef vient nous séparer pour une urgence au bloc opératoire:

- Magalie, vite nous avons une opération en Bloc C. Snif, snif, mais c’est quoi cette odeur ? Mais ? On dirait du SPERME ? C’est vous Magalie ?

- Ben non docteur. Vous ne m'avez pas touché aujourd’hui.

- Mais qui alors ? Attendez, ça vient des cheveux de votre amie

- Impossible m'écriais-je alors sentant les regards se tourner vers moi. Je sors du coiffeur. Ils ont été lavés avec du shampoing. Même qu’il s'appelle...

 

16h15. Devant la clinique. Je sors de la clinique honteuse. Pas grave. Pour ne pas gâcher cette journée, je file au Monop acheter deux-trois produits de beauté. J’aurais peut-être le temps d’écrire un billet "j'ai testé pour vous" sur mon blog pour aujourd’hui.

 

17H30. Devant le Monoprix. Mon téléphone sonne.

- Allô Kevin ? J’peux pas te.. Quoi ? Et tu me dis ça comme ça ? Tu me quittes ? Moi ,la plus belle blogueuse de France voire d’Europe ? Ok. Allez salut, connard ! »

Fichue journée. J’aurais bien pleuré mais mon nouveau Rimmel risque d’en prendre un coup.

 

19H45 Fin de journée. Enfin rentrée chez moi pour écrire mon billet. C’est idiot mais avec toutes ces émotions et ma sortie ciné dans une heure, je pourrais pas écrire mon billet. Je vais encore devoir faire un copier-coller d’avec un autre blog. Je vois bien sur lequel je vais récupérer mon article mais il y a un problème. Je vais appeler mon pote Geek Benoit.

- Allô Benoit ? Oui c’est Barbara non Alexandra. Merde heu Jennyfer.

- Claire ?

- MAIS PUTAIN, je t’ai déjà dit 100 fois de pas m’appeler comme ça ! Claire ça fait la connasse parisienne hautaine.

- Ah excuse-moi. Que puis-je pour toi beauté ?

- J’aime quand tu m’appelles comme ça. J’ai une question pour toi. Si tu la trouves, on dîne ce soir comme tu me réclames depuis des mois.

- Aaah. Coool. C’est quoi cette question ?

- Comment fais-tu déjà un copier-coller ? J’ai complètement zappé.

- Ben controles C ensuite contrôle V. C.T.R.L pour contrôle

- Ah oui, j’suis-je bête. Merci Benoit, à plus.

- Mais attends, et mon diner ?

- Ha ha ha quand les poules auront des gencives. CLIC

 

Non mais ça va aussi. J’suis pas la mère Thérésa non plus. Il a qu’à se trouver une petite copine. Bon, c’est pas tout ça passons à notre billet du jour ! Contrôle C, contrôle V et je signe (faudrait pas qu’on me vole mon article en plus). Et voilà ! J’écrirais mon billet sur Jean-Robert Cohen demain. Pour l’instant, c’est préparation pour le ciné. Merci de m’avoir suivi hi hi hi. Et à bientôt sur: www.big-beauty-fashion-style-nocheap-bombasse.com ;-)

 

Et aussi:

 

Pour quelques tweets de plus

 

Les blogs qui débloquent

 

Le cheveu

 

Lire la suite

Les insultes à utiliser quand on est blogueur sponsorisé

18 Avril 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Société

110409---Fausse-pub-Gasoil.jpgVous bloguez souvent ou très souvent à des fins publicitaires, vous êtes adeptes des publi-rédactionnels et des tests produits rémunérés mais il arrive qu'un autre blogueur ou simplement un internaute vous enquiquine (j'aime bien ce mot, il est rigolo, et plus sympa que emmerder enfin bon).

Alors, oui, que faire quand un autre blogueur ou simplement un internaute vous insulte ou tout simplement vous emmerde (non finalement c'est mieux que enquiquiner)  ? Et surtout, professionnalisme oblige, comment lui répondre TOUT en restant dans un cadre mercantile ? Oui comment ? (la 2ème fois c'est surtout pour le suspense)

 

Composée lors d'une joute twitterienne avec la blogueuse blog-beauty (@Beauteblog) voici une petite liste, bien évidemment non exhaustive de vos différentes possibilités de réparties:

 

« Tu pues la moule »sponsored by Leon de Bruxelles

 

« T'es une Mito » par Alpha Romeo

 

« Gros thon » by Saupiquet

 

« Sale jaune » par Paic Citron

 

« T'es soûlante » par Desperado

 

« Tronche de cake » by Brossard

 

« T'es GROSSE ! » par Vahiné

 

« T'es un peu lourd comme mec » by Sveltess

 

« T'es une nouille! » par Rivoire & Carret

 

« Face de pet » by Airwick

 

« T’es chiant »  par Dulcolax

 

« T’es complètement givré »  par Picard

 

Maintenant que cette page de pub est terminée, vous pouvez retourner faire caca.

Je précise, si cela devait faire un doute, que la joute a été remportée par votre serviteur. Même si je dois reconnaître le talent de ma malheureuse compétitrice (en même temps, elle savait pas trop à qui elle avait affaire).

 

Évidemment si vous avez des contributions, n'hésitez pas à en faire part dans vos commentaires :-)

 

MAJ au 19.04.11:

 

« T’es vraiment blonde »  par Loréal. Intelligente contribution de Geckobleu007

   

MAJ au 22.04.11

 

« T’as que ça à foutre »  par Durex. Excellente & délicieuse contribution de Vincent. Et il fait parfois la 1 de Hellocotton (l'enfoiré)

 

 

Et aussi:

 

Invicta: des pubs à se poeler

 

Nos amies les stars

 

L'enfant de la télé

 

Lire la suite

Les ex: un sujet d’EXpert ?

15 Avril 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Guerre des sexes

110217 - Ton antillais tu l'aimes ou tu le quittesLe parcours du célibataire est jalonné de nombreux obstacles. Et parmi ceux-ci le délicat sujet relatif à la gestion des ex. Évidemment, c’est le genre de choses à laquelle on ne pense que très rarement. Surtout au début d’une rencontre (vous en tout cas, car moi j’en ai pris l’habitude). C’est vrai qu’en général, le mec pensera plus volontiers à ceci : « toi tu feras moins la maligne quand je t’aurais fait mordre mon polochon » ou pour les plus romantiques « elle est magnifique. Elle sera parfaite comme future mère de mes enfants et pour occuper le côté droit de mon lit »… Et pourtant c’est quelque chose, surtout dans cet univers, aussi impitoyable que Dallas, à laquelle nous devrions tous songer.

 

Comme il n’y en a pas de toutes les sortes, voici un petit rappel des usages à établir avec son ancienne partenaire. À se rappeler lorsque vous aborderez votre futur ex:

 

 - Pour commencer, nous avons la traditionnelle méthode de la fuite ou de l’éloignement actif. Vous avez vécu une belle histoire mais c’est fini. Vous avez trouvé quelqu’un d’autre ou vous souhaitez simplement mieux tourner la page. Maintenant, il y a fuite et fuite. Pas la peine de faire comme l’agent XII, recourir à la chirurgie esthétique pour effacer votre passé. En général, la liaison terminée, il se trouve que l’un des deux ait, soudainement, beaucoup moins de choses à échanger. Le temps (et surtout le fait de ne plus décrocher le téléphone quand elle appelle) fera le reste pour enterrer les souvenirs. Bons comme mauvais.

 

Suite sur megaconnard

 

Et aussi:

 

Comment réussir sa lettre de rupture ?

 

Les ruptures sentimentales

 

Auto-satisfaction féminine

 


Lire la suite

Pour quelques tweets de plus

13 Avril 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Internet & Réseaux Sociaux

110411--22-vla-la-question.jpgAlors initialement je voulais vous exposer du cas Guillaume Natas et de son blog mais il m’est, entre-temps, arrivé une histoire assez incroyable sur twitter. Oui parce que j’ai découvert Twitter il y a quelques semaines de cela. Pour ceux qui ne connaissent pas, Twitter c’est entre MSN et Facebook. On ne garde de FB que la partie contact avec le monde entier (et surtout n’importe qui) et de MSN son côté messagerie presque instantané.
Le principe de Twitter est de laisser un message court sur un espace web (appelé fil). Ce message ne sera visible que par vos abonnés (appelés aussi followers ou moutons pour les intimes). Si vous lisez un tweet (=message court), vous avez alors la possibilité de le retweeter. C’est l’équivalent de « j’aime » sur Facebook. Ainsi vos lecteurs (si vous êtes assez populaire pour en avoir) pourront également lire ce retweet (qui indiquera l’émetteur original du tweet).
Quand vous adressez un tweet à une personne, il faut toujours précéder son profil twitter par @. Ainsi si vous souhaitez m’envoyer votre numéro de CB sur twitter, par-exemple, il vous faudra écrire @michael_ange 004xxxx (je vous laisse  le soin de remplir le reste). Voilà pour les explications.
 
Donc là tout de suite, je ne vais pas vous parler de Guillaume Natas. Ce sera pour un prochain article. Non, là maintenant, je me dois de vous narrer ma rencontre incroyable, énormissime et surtout virtuelle avec l'internaute qui se fait appeler la_question sur twitter (donc @la_question, vous suivez ?).

 

 

Pour quelques tweets de plus



Récit: La nuit s'était bien avancé. À cette heure-ci, il n’y avait plus grand monde qui tweetait. Sauf une persone: c’était la_question (appelé aussi Jean-Troll Sartre). Un baroudeur du web. Un vieux dans la vieille (ou "de la vieille"ça marche aussi) comme on dit dans la vraie vie. Il venait d’écrire un billet (=article de blog) qui, soyons juste, était passablement médiocre mais, étant d’humeur joueuse ce soir là, je lui lança: «le web 2.0 se divise en deux catégories: il y a ceux qui tweet et ceux qui retweet. Toi tu me retweet ». Ça plus la critique négative de son billet, il ne goûta pas franchement la plaisanterie. Il faut dire aussi que l’humour, c’était pas trop trop son truc à la_question. Il me regarda longuement. Enfin quand je dis regarder, faut pas tout prendre au pied de la lettre, non plus: son avatar a les deux yeux qui ont la fâcheuse habitude de se tourner autour sans jamais s’attraper. C'est le problème quand on louche. Bref, la_question me toisa férocement. Depuis un moment, une mouche voletait non loin. Elle fut mal inspirée de s’approcher de la_question: ce dernier la goba sans détour. Je crus comprendre qu’il essayait là de me faire passer un message. Enfin c'est ce que j'espérais: sinon le pauvre insecte eut été mort pour pas grand chose. En tout cas, je n’eus pas à interpréter longtemps ses intentions:
- prends ton clavier si t’es un blogueur rugît t-il

- heu d’accord mais faut pas vous énerver comme ça. C’était une blagounette de rien de tout. Pas de quoi prendre heu...la guêpe (vos gueules, j’aurais bien voulu vous y voir)
- Tu commences à me gonfler avec tes vannes et tes blagues toutes pourries
- Mais c’est pour rire
- C’est pas la question vociféra t-il
- Ben si. C’est vous.
- Quoi c’est moi ?
- Ben la question c’est vous
- Quoi la question ?
- Ben vous avez dit c’est pas la question. Mais la question c’est vous ! Vous comprenez lol ?
 
Je crus que ce fut la plaisanterie de trop. Il regarda en l’air. Enfin, c'est ce que je pensa -rapport au fait qu’il louchait-. Et après un instant, il reposa son regard sur moi et cria:
- Tu vas regretter d’avoir critiqué mes billets, petit con. Il y a 70 000 followers qui me suivent ! Tu entends ? 80 000 !
- heu c’est 70 000 ou 80 000 ? Parce que vous avez dit 70 000 au début
- j'ai tellement d'influence que ça augmente en PERMANENCE ! Et ne m’interromps pas. Plus jamais!
- bon ça va. Je pouvais pas savoir.
- donc mes 100 000 followers vont se saisir de toi et s’occuper..
- 100 000 ? Non, ok j'ai compris, l'influence tout ça, ça va, j’ai rien dit, pfff
- je reprends, ils vont donc s’occuper de toi. Followers, saisissez-vous de lui ! Et étripez le. Mais attendez que je me déconnecte. Je ne veux pas voir ça.
 
                               Règlement de compte à Ok Cui Cui
 
J’eus la peur de ma vie. Pas autant que le jour où mes parents me laissèrent pour la 1ère fois de ma vie en colonie de vacances (à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de noir en colonie et comme on dit les curiosités passent un vilain quart d’heure) mais j’étais pétrifié. Je visualisais déjà les 130 000 followers (c’est pas parce que je vous raconte deux secondes ma life que son nombre de followers s’arrête d’augmenter) m’écharper, m’insulter de tous les noms et m'humilier à jamais sur le fil Twitter...

La_question sentant ma terreur laissa s’échapper un sourire. Sourire loin d’être réconfortant, vous l’imaginez. C’est alors qu’apparut un de ses followers -j’apprenais plus tard que ce dernier s'appelait @Elturcolocoloco-. Il n’avait pas l’air de trop savoir où il était.
- Bonsoir fit-il
Comme je suis poli, et malgré la menace, je lui répondis pétrifié de terreur que j'étais. Heu j’écris « pétrifié de terreur » mais je ne l’étais plus tellement. Je dirais pas amusé mais pas loin: disons que j'en attendais un peu plus.
La_question était aussi surpris que moi mais lui bouillait de rage en même temps (qui a dit que les hommes n'étaient pas capables de faire plusieurs choses à la fois ?):
- Où sont les autres hurla t-il à l'attention du pauvre Elturcolocoloco
- Quels autres ?
- QUELS AUTRES ? Mais mes 150 000 followers ABRUTI !
- Ah vos followers, ah ben chef il est tard aussi. Vous êtes marrant vous. Sont couchés à cette heure. Moi j’allais me chercher un petit yaourt avant d'aller me coucher quand je m'aperçus que j'avais oublié d'éteindre mon pc. Je vous ai alors entendu gueulé. La suite, vous la connaissez...
La question se tourna alors vers moi:
- Toi tu perds rien pour attendre. Demain après le petit déjeuner, mes 300 000 followers vont te déchirer ton petit corps, te bouffer la gueule, et te sucer les dents (bien qu'effrayante j’étais un peu curieux de voir comment il imaginait cette dernière chose)
- Heu ben OK. À demain répondis-je (ah ben on est poli ou on ne l'est pas)

Entre temps la nuit passa. On dit qu’elle porte conseil et ce fut valable pour la_question. Il se calma et décida de ne pas envoyer ses 489 000 followers à ma poursuite. Ce que je lui suis gré. Nous finîmes avec le temps par devenir followers l’un pour l’autre.

 

Lonesome tweetboy, lonesome tweetboy,

You're a long long way from home

Lonesome tweetboy, lonesome tweetboy,

You're a long long way to surf

 

THE END


 

Et aussi

 

Les blogs qui débloquent

 

Comment faire parler de vous de manière originale en un billet

 


Lire la suite

Drôles d'actualités (21) - Libye, c'est fini

5 Avril 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Actualité

110409---Meteo-Libyenne.jpgNouveau déploiement annoncé par l'OTAN 

Alors que la bataille fait rage entre l'alliance Atlantique et les troupes loyalistes de Kadhafi, l'OTAN annonce une nouvelle étape dans sa stratégie militaire. Le commandant en chef des armées, John Junior Rambo, souhaite passer à la vitesse supérieure afin d'en finir le plus vite possible avec cette guerre. Il a indiqué que le nom de la prochaine opération serait «plomb durci dans ton fion» suivi très rapidement par l'opération «Bougnoules Wars». Si ces deux opérations sont un succès nous terminerons par l'opération «Pas de pitié pour le croissant»

 


L'union européenne soutient la rébellion mais refuse de lui livrer des armes...

Entre soutenir les opposants à Kadhafi et courir ainsi le risque d'armer des membres d'Al Quaïda infiltrés, l'union européenne n'en finit plus dans les hésitations. «Aucune décision ne sera prise tant que nous n'aurons pas plus d'informations sur la composition exacte des opposants» a déclaré un responsable au sein de l'OTAN. Néanmoins, le problème que rencontre actuellement Fukushima avec le retraitement de son eau radioactive pourrait être une solution. Sous couvert d'anonymat, un gradé américain nous confie: «la résolution de l'ONU nous interdit de livrer des armes à feu mais rien ne nous empêche de livrer aux libyens l'eau radioactive provenant du réacteur de Fukushima et des pistolets à eau ...»

 

 

Suivre les échanges internationaux autour de la situation en Libye sur une journée

09:00 L'ONU décide d'une nouvelle résolution permettant à la coalition des frappes plus importantes sur les arabes pardon les libyens.

10:04 Protestation de la ligue arabe qui dénonce une violation des accords qui prévoyait uniquement une exclusion aérienne. Le porte-parole de la ligue s'est contenté d'un laconique «Nall Dine Oumouk» devant la presse médusé.

10:07 Par la voix de son porte-parole l'ONU répondra à la ligue:«on sait que ça veut dire: nique ta mère en arabe». Afin d'apaiser les tensions avec ses partenaires du moyen-orient, l'ONU déclarera ensuite que ces frappes ont uniquement pour double objectif: la destruction d'infrastructure militaire et la protection de la population civile.

11:00 À cette déclaration, la Libye a annoncé un cessez-le-feu immédiat.

11:35 Fort heureuse de cette annonce, l'ONU a déclaré une levée immédiate de sa résolution militaire

11:37 La Libye annonce une reprise sans délai des hostilités et châtiera chaque rebelle comme il se doit

11:40 L'ONU précise que sa levée immédiate consécutive au cessez-le-feu sur constatation. En clair, nous jugerons aux actes pas aux paroles.

11:45 «Charmouta (merde en arabe)» s'écrira la Libye. «Dîtes à votre Elf et au nain qui vous gouverne que vous pouvez nous voler notre pétrole mais que jamais vous n'aurez notre liberté de torturer» précisera Saïf al-Islam le fils de Kadhafi à la presse.

 

 

Et aussi:

 

Drôles d'actualités (18) - En novembre, ne sors pas de ta chambre !

 

Drôles d'actualités (17) - En octobre c'est le temps de l'opprobre

 

Questions et réponses autour de la grippe Ha ha ha

 


Lire la suite