Oui, on peut rire de tout !

Les commerçants

27 Février 2006 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Société

101026---Preparatifs-pour-2012.jpg

Pourquoi les commerçants éprouvent-ils toujours le besoin de nous défier ? Vous allez dans une boulangerie. Allez, on va dire qu'aujourd'hui, vous avez exceptionnellement les yeux plus gros que le ventre. Vous commandez deux baguettes et plusieurs pâtisseries. Eh, bien malgré ça, la boulangère ira quand même vous demander avec un grand sourire: « Ce sera tout ? ». Comment ça, ce n'est pas assez ? Mais qu'est ce qu'elle veut ? Que j'achète toute sa marchandise ou quoi ?
Non, en fait vous n'avez pas pris LE bon produit mais elle ne peut pas vous dire lequel est-ce. Un peu comme le jeu « Qui veut gagner des millions ». C'est à vous de deviner.
_Une baguette et une tartelette s'il vous plaît
_Ce sera tout ?
_Heu non. Rajoutez-moi un éclair
_Et avec ça ?
_(Angoisse) Ben, heu, un croissant.
_Et avec ça ?
_(Ah zut, c'était pas ça) Un chausson aux pommes ?
_Très bien et avec tout ça ?

_(c'était pas le chausson aux pommes, allez merde donne-moi un indice. Elle a semblé regarder les tartelettes avec insistance, je pense qu ça doit être ça ) Alors je vais prendre avec ça une TARTELETTE, et ouais. (ça y est ! Elle ne propose plus rien. J'ai gagné !)

Si ce n'était que ce besoin de vous défier, ce ne serait pas trop grave. Mais beaucoup de commerçants pour ne pas dire tous, sont fiers. Pas question pour eux de faire de la mendicité. Quand vous leur achetez des produits avec de l'espèce et qu'il reste de la monnaie, qu'est ce qu'ils disent tous ? « VOTRE monnaie » Il est bien évident que ça ne peut être que notre monnaie. Alors pourquoi insister sur ce fait ?
C'est parce que le commerçant se fiche de nous. Il est tellement content de nous rendre moins que ce que nous lui avons donné qu'il tient à tous prix à nous le montrer. Tu m'as donné tant et je te rends moins. Du coup, il est si fier de lui qu'il va jusqu'à l'écrire sur un bout de papier qu'il va vous remettre et dont il va en garder un exemplaire, histoire de garder un joli souvenir de cet agréable moment, pour lui seul. Un vrai gamin, je vous dis.

Mais s'il a bien une chose qu'il faut reconnaître au commerçant, c'est sa serviabilité. Sa réelle volonté d'aider. Rien n'est plus secourable qu'un commerçant. Un exemple ? Vous entrez dans une boutique pour la première fois. Naturellement vous ne le connaissez pas le marchand mais ce dernier s'empressera vers vous pour vous demander : « Que puis-je faire pour vous ? ». Il n'y a pas une seule profession aussi charitable que gérant d'une boutique. Même les pompiers ne sont pas aussi bienfaisants. D'ailleurs si c'était le cas, ce serait une catastrophe :
Vous êtes tranquillement assis chez vous en train de regarder la télévision quand vous entendez un grand bruit à la porte d'entrée. Vous n'avez même pas le temps de faire un geste quand vous entendez juste après le bruit d'une vitre cassée. Comme un seul homme, des pompiers entrant par la fenêtre et la porte –qu'ils ont fracassé- viennent dans votre direction.
Et là le chef des pompiers avec sa lance à incendie dans une main, la hache dans l'autre vous demande : « Qu'est ce qu'on peut faire pour vous monsieur ?»


Michael Ange

 

 

Et aussi:

Travailler c'est trop dur

Le meurtrier du dimanche


James Bond, l'espion qui m'a frappé


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article