Oui, on peut rire de tout !

Incendies - Un film qui ne prête pas à rire (ou alors un petit peu)

15 Février 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Cinéma

Ce dimanche dernier, je suis parti voir un film dont l’histoire ne donne pas matière à rire. Mais alors pas du tout. Allez hop fin de l’article.

 

Fin

 

Non je déconne. D’ailleurs ma compagne de cinéma a cru même bon de me prévenir: « Michael tu n’écris surtout pas sur ce film. C’est pas un sujet sur lequel on peut pas rigoler ». « Ah merde t’es sûr ? C'est pourtant pas un film sur les juifs » Bon très bien pensais-je alors. 

 

Il faut quand même préciser que l’histoire est vraiment très sombre. Elle débute par la mort de la mère de deux jumeaux: un gars et une fille. On peut pas faire plus sinistre qu'une histoire avec un gars et une fille, non ?!

Mais c’était sans compter l’accent québécois dont sont gratifiés les héros du film. Essayez de vous représenter la scène: aux premières minutes de film, un rire, le mien (et quelques autres facétieux spectateurs mais plus discrets), se fait entendre dans la salle suivi d’un silence gêné re-suivi d’un fou rire car le québecois s’énerve (l’accent est alors encore plus marqué).

En effet l’accent québécois a ce truc, quand je l'entends, d'enlever tout le caractère sérieux d'une scène:

incendies-film---affiche - rire.jpg

- C’est dzur à dzire mais votre mèr est mort.(Moi: HA HA HA HA)

- J’s’abasourdi. Qu’est-ce qu’y ôrrivé ?(HA HA HA) 

- Elle a foncé sur un plôtane (Hou Hou Hou Hou)

 

En fait Incendies c’est l’histoire d’Œdipe mais mastérisé. Explications: Œdipe c’est un type grec qui a rien trouvé de mieux à faire que de tuer son père et de coucher avec sa mère. Vu que c’est une histoire, on se dit que, bon, l’auteur, visiblement, a un problème à régler avec sa famille.

Le mec qui a écrit Incendies devait être aussi passablement dérangé. Voire plus. Œdipe à côté d’Incendies, c’est David contre Goliath ou, pour être plus actuel, Mimi Mathy contre Guy George.

Synopsis: dans un pays du moyen-orient très instable, désolé pour le pléonasme, une mère est contrainte d’abandonner son fils. Ce dernier devient un mercenaire (genre Rambo au SMIC). Entre-temps, la mère part en sucette et commet un meurtre. Jugée elle sera envoyé en prison. Entre-temps, son fils qu’elle n’a jamais connu devient le snipper du mois dans son équipe mais finit, lui aussi, par péter un plomb par l’absence de sa mère qu’il n’a jamais connu (c'est à ce moment que je me dis que je n'ai vraiment rien à voir avec ce type: moi c'est parce que je connais trop bien ma mère que je pète un plomb).

Afin de ne, quand même, pas perdre le potentiel d’un tel talent notre terrible orphelin est formé à travers un emploi jeune pour épouser la carrière d'enquêteur-tortionnaire dans une prison. La même que celle où est enfermé sa mère...

 

Attention ça devient sordide. Il faut savoir que dans le pays où se déroule l’action (le Liban) comment vous dire, les interrogatoires ne sont pas menés exactement de la même manière qu’en France. Heureusement d'ailleurs. Disons que dans une prison de femme du pays celle qui n’ouvre pas la bouche est forcé d’ouvrir les jambes. Voilà où nous arrivons au complexe d'œdipe version 21ème siècle qui se poursuit par la naissance incestueuse de jumeaux.

Pour qui n’auraient pas compris où qui n’arrivent pas à se représenter la chose, imaginez-vous Dark Vador, oui le terrible Dark Vador, dans cette célèbre scène où il annonce à la surprise générale qu’il est le géniteur de Luke Skywalker. Version INCENDIES ça donnerait:

 

- Luke

- Oui ?

- Luke. Il faut que tu saches. Je suis...ton père. Mais aussi ton frère...

 

Si Gorges Lucas avait mélangé Stars Wars et Incendies, de révélations en révélations, le film aurait duré pas moins de 6 heures. :

 

- ...ce qui fait, Luke, que ton oncle Ben*, oui ton oncle Ben, est aussi ton cousin. Tu me suis là ? Bon. Tu devras donc l’appeler Toncou ou Couton Ben. Non pas des croutons Ben & Nuts ! C'est pas l'heure de manger ,fils dégénéré ! Luke, j'ai l'impression que la force t'abandonne là.

 

*(à ne pas confondre avec l’Oncle Soul c’est sérieux quand même cette histoire)

 

Bon, il faut que je vous préviennes d’un truc. Je suis un pas un mec complètement insensible. Seulement j’étais fatigué quand je suis allé voir ce film. Et je me suis endormi pendant le film. Ce qui légèrement altéré ma compréhension de l’histoire. Heureusement que ma compagne de ciné a eu la gentillesse de m’expliquer le film.

Oui parce que crevé, j’entendais des accents québécois au début. Ensuite il y a la mère qui accoucha de jumeaux. Et en, plus, elle CHANTE. Oui elle chante. Pas terrible je vous l’accorde. Ah, vous voyez où je veux en venir et, ben, non Incendies ce n’est pas la biographie de Céline Dion. Vous aussi vous vous seriez fait avoir.

 

Et puis, je suis désolé mais avec tous ces noms arabes allez suivre aussi ! Chamseddine c’est le chef d’un clan dans le film. Mais, je suis désolé, ça fait aussi nom de taboulé.

 

- Qu’est-ce que monsieur prendra ?

- Alors je prendrais en plat de résistance un tajine aux agneaux et à boire un thé vert à la menthe

- Pas d’entrée ?

- Ah si mais j’hésite entre un Chamseddine au poulet ou à l’ail

 

En tous cas ce film m’aura tellement bouleversé qu’à partir de maintenant je ne dirais plus jamais, même si je ne le faisais pas trop à 30 ans, à qui ce soit « Va niquer ta mère ! ». 

 

Et aussi:

 

The Descent

 

E.T l'extraterrestre

 

Unstoppable ou critique d'un genre très répandu dans les films ricains

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

amina 21/01/2012 20:23


lol mdr ptdr.. c'est vrai il faut s'adapter au langage de son époque et manifestement à la pensée globale et générale!!  rétablis toi bien rire de tout...

amina 21/01/2012 14:37


ton article est comment dire...? stupide? oui c'est ça! j'ai trouvé! oui jeune homme qui reste tellement ballant devant ce sujet qu'il ne trouve riend'autre  que de vieux poncifs éculés pour
remplir son taf.. Quant on a l'outrecuidance de salir un prénom aussi rempli de sens que Chamsddine, écris t on d'ailleurs avec sens.. on vrille dans l'ubuesque.. et oui c'est cà ton article, tu
ne partage que ta stupidité..de réfugier dans l'humour délirant pour éviter d'affronter ses propres sentiments, aurais tu peur de ta mère, de toi et de toi et ta mère? ce film touche par
l'inéluctable.. quelle refléxion porter devant l'absurdité de la condition humaine? dark vador et taboulé.. grandiose! 

Michael Ange 21/01/2012 16:19



Bisous à toi qui sais rire de tout :-)