Oui, on peut rire de tout !

Le théâtre meurt mais ne se télécharge pas

17 Mars 2010 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Culture & Bons Mots

MoliereFarceurs.jpgMais comment les gens se divertissaient-ils avant le cinéma ? Oui comment ?
Certainement, qu'on devait tuer le temps en essayant de se faire peur avec une bonne épidémie mais sans Roselyne Bachelot ça devait être pas terrible. Un peu comme un samedi soir à Ibiza sans David Guetta: on sent bien qu'il manque quelqu'un pour vous mettre la fièvre.
Ou alors une bonne révolte, ça occupe, ça, une bonne révolte ! Allez, c'est parti !
 - À bas le CPE ! À bas le CPE ! Comment ça pas encore voté ? Mais heu Sarkozy n'est pas au pouvoir ? NON ! Et Villepin ? Non plus ! Ah merde, ah ben non, tant mieux. Mais on est en quelle année aussi ? Au 6ème siècle !!! AVANT Jésus-Christ. Oui, effectivement, on est en avance. Et il est quelle heure ? 13H12. Ah bon ? Ben on repassera plus tard. Vous venez les gars !?

Alors il restait quoi comme passe-temps ? Ben le théâtre. Mais déjà, d'avance, il faut le savoir, nos jeunes d'aujourd'hui n'auraient pas aimé: ça ne se télécharge pas, pas de haute définition, pas de Conardo Di Caprio. Pour les jeunes le spectacle vivant aurait été d'un ennui mortel.
Mais ils -les jeunes- (essayez de suivre un peu, on dirait un jeune) ne devraient pas s'arrêter à ces vulgaires considérations car le théâtre présente de menus avantages qui n'ont rien à envier au cinéma ou aux soirées DVD.
L'interactivité par-exemple. À l'époque, vous pouviez discrètement balancer des tomates à la figure des acteurs lorsque vous n'étiez pas satisfaits de leurs prestations (osez faire ça sur votre écran plat). Ça c'était à l'époque parce que maintenant, évidemment, ça ne se fait plus. Si vraiment la pièce vous ennuie, vous n'avez qu'à parler fort à votre voisin. Au cinéma, c'est les autres spectateurs qui sont dérangés. Ici, c'est directement les comédiens. Impressionnant, non ? (et ça marche même quand vous êtes en retard)
Et ça, c'est sans compter les sensations. Les technologies actuelles veulent de plus en plus vous plonger au coeur de l'image mais au théâtre si vous êtes aux premiers rangs vous avez le droit, et sans aucun supplément, aux postillons des acteurs. Qu'est ce que c'est si ce n'est pas de l'immersion totale ?

Autre avantage: l'accessibilité du genre. En effet, quand vous allez voir une pièce, il n'y a pas à discuter pendant des heures sur le choix du genre. Ici c'est comédie ou tragédie. Et vous ne risquez pas de vous tromper. Si vous voyez des gens hurler à la mort que leur vie c'est de la merde et se suicider juste après vous êtes devant une pièce tragique. Dans le doute, vérifiez quand même que vous n'êtes pas tombé dans une agence France Télécom.

Mais la grande force du tragique c'est aussi sa richesse. Bien qu'elle adapte beaucoup d'histoires tirées de la mythologique grecque, le genre donne de sacrées histoires. Prenons par-exemple Antigone. C'est une femme de la Grèce antique qui a décidé de dire non à tout: la drogue, le sexe, l'apéro du soir, la gâterie, tout est niet avec elle. Une femme normale me diront certains. Non, bien plus, une rebelle ! Pour vous la situer sans tomber dans la caricature c'est un mélange entre Arlette Laguiller et Diam's. Et pour bien montrer qu'elle fait ce qu'elle veut, elle décide d'enterrer son frère contre l'avis du roi alors que la peine prévue est la mort.
Pourtant le roi, bonne pâte, essaye de l'en dissuader à plusieurs reprises.
 - Allez Antigone, meeerde à la fin. Tu peux respecter un peu mes ordres ?! Tu n'enterres pas ton frère et puis c'est tout. Sinon je serais obligé d'appliquer la loi et de te tuer.
 - Tu sais où tu peux te les mettre tes ordres ?! C'est mon frère, je ne vais pas le laisser sans sépulture. Maintenant tu prends tes responsabilités en tant que roi et tu m'exécutes. Tant pis je ne serais pas là pour le dîner.
 - Non Antigone, je suis le roi et je peux encore te gracier
 - Fais comme tu veux. De toute façon, pendant que j'enterrais mon frère, j'en ai profité pour dire à tout le monde que tu en avais une toute petite
 - GAARDES, emmenez là !

 - Heu et qu'est qu'on en fait ?
 - Faites la fusiller !!
 - Mais heu chef pardon votre majesté, on n'a pas encore inventé la poudre


Ah ça, c'est ce qu'on appelle un coup de théâtre. En espérant avoir donné envie aux jeunes.



Et aussi:

Percy Jackson: le film qui s'attire les foudres

Princesse Sarah


Ces stars qui demandent la lune


Hadopi pour les nuls

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article