Oui, on peut rire de tout !

Pour quelques tweets de plus

13 Avril 2011 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Internet & Réseaux Sociaux

110411--22-vla-la-question.jpgAlors initialement je voulais vous exposer du cas Guillaume Natas et de son blog mais il m’est, entre-temps, arrivé une histoire assez incroyable sur twitter. Oui parce que j’ai découvert Twitter il y a quelques semaines de cela. Pour ceux qui ne connaissent pas, Twitter c’est entre MSN et Facebook. On ne garde de FB que la partie contact avec le monde entier (et surtout n’importe qui) et de MSN son côté messagerie presque instantané.
Le principe de Twitter est de laisser un message court sur un espace web (appelé fil). Ce message ne sera visible que par vos abonnés (appelés aussi followers ou moutons pour les intimes). Si vous lisez un tweet (=message court), vous avez alors la possibilité de le retweeter. C’est l’équivalent de « j’aime » sur Facebook. Ainsi vos lecteurs (si vous êtes assez populaire pour en avoir) pourront également lire ce retweet (qui indiquera l’émetteur original du tweet).
Quand vous adressez un tweet à une personne, il faut toujours précéder son profil twitter par @. Ainsi si vous souhaitez m’envoyer votre numéro de CB sur twitter, par-exemple, il vous faudra écrire @michael_ange 004xxxx (je vous laisse  le soin de remplir le reste). Voilà pour les explications.
 
Donc là tout de suite, je ne vais pas vous parler de Guillaume Natas. Ce sera pour un prochain article. Non, là maintenant, je me dois de vous narrer ma rencontre incroyable, énormissime et surtout virtuelle avec l'internaute qui se fait appeler la_question sur twitter (donc @la_question, vous suivez ?).

 

 

Pour quelques tweets de plus



Récit: La nuit s'était bien avancé. À cette heure-ci, il n’y avait plus grand monde qui tweetait. Sauf une persone: c’était la_question (appelé aussi Jean-Troll Sartre). Un baroudeur du web. Un vieux dans la vieille (ou "de la vieille"ça marche aussi) comme on dit dans la vraie vie. Il venait d’écrire un billet (=article de blog) qui, soyons juste, était passablement médiocre mais, étant d’humeur joueuse ce soir là, je lui lança: «le web 2.0 se divise en deux catégories: il y a ceux qui tweet et ceux qui retweet. Toi tu me retweet ». Ça plus la critique négative de son billet, il ne goûta pas franchement la plaisanterie. Il faut dire aussi que l’humour, c’était pas trop trop son truc à la_question. Il me regarda longuement. Enfin quand je dis regarder, faut pas tout prendre au pied de la lettre, non plus: son avatar a les deux yeux qui ont la fâcheuse habitude de se tourner autour sans jamais s’attraper. C'est le problème quand on louche. Bref, la_question me toisa férocement. Depuis un moment, une mouche voletait non loin. Elle fut mal inspirée de s’approcher de la_question: ce dernier la goba sans détour. Je crus comprendre qu’il essayait là de me faire passer un message. Enfin c'est ce que j'espérais: sinon le pauvre insecte eut été mort pour pas grand chose. En tout cas, je n’eus pas à interpréter longtemps ses intentions:
- prends ton clavier si t’es un blogueur rugît t-il

- heu d’accord mais faut pas vous énerver comme ça. C’était une blagounette de rien de tout. Pas de quoi prendre heu...la guêpe (vos gueules, j’aurais bien voulu vous y voir)
- Tu commences à me gonfler avec tes vannes et tes blagues toutes pourries
- Mais c’est pour rire
- C’est pas la question vociféra t-il
- Ben si. C’est vous.
- Quoi c’est moi ?
- Ben la question c’est vous
- Quoi la question ?
- Ben vous avez dit c’est pas la question. Mais la question c’est vous ! Vous comprenez lol ?
 
Je crus que ce fut la plaisanterie de trop. Il regarda en l’air. Enfin, c'est ce que je pensa -rapport au fait qu’il louchait-. Et après un instant, il reposa son regard sur moi et cria:
- Tu vas regretter d’avoir critiqué mes billets, petit con. Il y a 70 000 followers qui me suivent ! Tu entends ? 80 000 !
- heu c’est 70 000 ou 80 000 ? Parce que vous avez dit 70 000 au début
- j'ai tellement d'influence que ça augmente en PERMANENCE ! Et ne m’interromps pas. Plus jamais!
- bon ça va. Je pouvais pas savoir.
- donc mes 100 000 followers vont se saisir de toi et s’occuper..
- 100 000 ? Non, ok j'ai compris, l'influence tout ça, ça va, j’ai rien dit, pfff
- je reprends, ils vont donc s’occuper de toi. Followers, saisissez-vous de lui ! Et étripez le. Mais attendez que je me déconnecte. Je ne veux pas voir ça.
 
                               Règlement de compte à Ok Cui Cui
 
J’eus la peur de ma vie. Pas autant que le jour où mes parents me laissèrent pour la 1ère fois de ma vie en colonie de vacances (à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de noir en colonie et comme on dit les curiosités passent un vilain quart d’heure) mais j’étais pétrifié. Je visualisais déjà les 130 000 followers (c’est pas parce que je vous raconte deux secondes ma life que son nombre de followers s’arrête d’augmenter) m’écharper, m’insulter de tous les noms et m'humilier à jamais sur le fil Twitter...

La_question sentant ma terreur laissa s’échapper un sourire. Sourire loin d’être réconfortant, vous l’imaginez. C’est alors qu’apparut un de ses followers -j’apprenais plus tard que ce dernier s'appelait @Elturcolocoloco-. Il n’avait pas l’air de trop savoir où il était.
- Bonsoir fit-il
Comme je suis poli, et malgré la menace, je lui répondis pétrifié de terreur que j'étais. Heu j’écris « pétrifié de terreur » mais je ne l’étais plus tellement. Je dirais pas amusé mais pas loin: disons que j'en attendais un peu plus.
La_question était aussi surpris que moi mais lui bouillait de rage en même temps (qui a dit que les hommes n'étaient pas capables de faire plusieurs choses à la fois ?):
- Où sont les autres hurla t-il à l'attention du pauvre Elturcolocoloco
- Quels autres ?
- QUELS AUTRES ? Mais mes 150 000 followers ABRUTI !
- Ah vos followers, ah ben chef il est tard aussi. Vous êtes marrant vous. Sont couchés à cette heure. Moi j’allais me chercher un petit yaourt avant d'aller me coucher quand je m'aperçus que j'avais oublié d'éteindre mon pc. Je vous ai alors entendu gueulé. La suite, vous la connaissez...
La question se tourna alors vers moi:
- Toi tu perds rien pour attendre. Demain après le petit déjeuner, mes 300 000 followers vont te déchirer ton petit corps, te bouffer la gueule, et te sucer les dents (bien qu'effrayante j’étais un peu curieux de voir comment il imaginait cette dernière chose)
- Heu ben OK. À demain répondis-je (ah ben on est poli ou on ne l'est pas)

Entre temps la nuit passa. On dit qu’elle porte conseil et ce fut valable pour la_question. Il se calma et décida de ne pas envoyer ses 489 000 followers à ma poursuite. Ce que je lui suis gré. Nous finîmes avec le temps par devenir followers l’un pour l’autre.

 

Lonesome tweetboy, lonesome tweetboy,

You're a long long way from home

Lonesome tweetboy, lonesome tweetboy,

You're a long long way to surf

 

THE END


 

Et aussi

 

Les blogs qui débloquent

 

Comment faire parler de vous de manière originale en un billet

 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Papaya 02/05/2011 15:48



Complétement. Bien que la série soit plus compréhensible que Twitter.



Michael Ange 04/05/2011 17:48



:-)



Papaya 20/04/2011 11:21



Ah ah, article très amusant sur ce monde impitoyable qu'est twitter. 



Michael Ange 20/04/2011 12:14



Twitter=Dallas ?



puzzlebeauty 13/04/2011 11:17



assez synique son billet . je trouve qu'il sait emporté pour un rien. 



Michael Ange 13/04/2011 11:42



Je suis en train de le chercher (je mettrais le lien)


Attention c'est une fiction basé sur des faits réels ;-) (il y a donc un peu beaucoup d'exagération)