Oui, on peut rire de tout !

Vous les femmes ! (suite et fin)

30 Septembre 2010 , Rédigé par Michael Ange Publié dans #Guerre des sexes

101023 - SP - vous les femmesEn effet, comme je le disais avant, toutes les femmes n’ont pas l’opportunité d’échanger avec leur homme comme le fait Laura Bush. D’autres devaient et doivent, au contraire, subir les défauts de leurs maris. Je pense notamment aux soucis de communication qu'à dû connaître Madame Marley.

- Kof kof Bob chéri. Peux-tu arrêter un instant de fumer ? Avec toute cette fumée, je ne retrouve plus les enfants.

 

Maintenant, je vais, en vous racontant une histoire, tordre le coup à une idée reçue très forte chez la gente masculine: celle que la femme ne peut pas être utile à l'humanité. Oui messieurs, la femme est utile pour faire avancer l'homme. Si si vous avez bien lu. Pas la peine de vous frotter les yeux.

Tant pis, je ne vais pas attendre ceux qui se marrent encore et vais commencer de suite notre récit.

Il commence en 1897, à Munich, chez la famille Hoffman. Monsieur Hoffman, Felix de son prénom (dieu merci pour lui, Félix le chat n’existait pas encore) n’était pas le prototype du mari idéal. Ambitieux, il consacra une majeure partie de son temps à son travail. Embauché il y a trois ans par les laboratoires Bayer, il voulu montrer que c’était un chimiste sur lequel on pouvait compter. Et quand Monsieur Hoffman n’était pas au travail, il allait se détendre chez ses potes. Le résultat de ce traitement sur sa femme ne se fit pas attendre longtemps : elle lui mena la vie difficile en lui reprochant constamment de ne pas assez s’occuper d’elle.

Le point culminant de cette joyeuse ambiance se situera au moment où Madame Hayer décida d’utiliser l’ultime punition qu’une femme ne devrait jamais user chez son homme. Elle le priva de sexe au motif saugrenu (de toute façon c’est toujours saugrenu quand elle veut pas) d’un mal de tête. Au début, Felix tint le coup. Mais au bout d’un temps -deux heures- le passage en mode manuel ne servit plus à grand-chose. A l’issue de la première semaine de ce drôle de jeun, il finit par s'écrier: « Sapristi (équivalent de putain de sa mère à l’époque) ! Là ça devient sacrément dur ». Avec un peu de jugeote, on peut oser s’imaginer qu’il ne faisait pas seulement référence à l’ambiance conjugale.

Il se plongea alors corps et âme dans son activité de chimiste en espérant que celle-ci puisse lui trouver une solution. Par un curieux hasard (comme quoi il fait bien les choses parfois), les travaux de Monsieur Hoffman portaient sur l'acide acétylsalicylique. Il se disait en lui-même: « si j’arrive à synthétiser cette molécule, j’en fais un cacheton, ma femme en prend un et ensuite elle passe à la casserole non sans me l’avoir aspiré de toutes ses forces. Sinon je vais lui en donner, moi, des raisons d’avoir mal à la tête ».

Et c’est ainsi que Felix Hoffman, grâce à la femme, mit au point l’aspirine.

Le laboratoire ne voulut jamais préciser comment ce nom lui fut inspiré mais nos amis lecteurs et lectrices en ont déjà une petite idée. Néanmoins cette invention fut reconnue plus tard comme grande invention du siècle. Par-contre, l’histoire ne nous dit pas si Felix Hoffman parvint à ses fins.

 

 

Et aussi:

 

Une nouvelle religion: la femme

 

Ce que veulent les femmes...

 

Les règles des hommes

 

À quoi servent les femmes ?


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Un célibat au goût de Nutella 07/04/2011 18:54



Ben c'est vrai qu'une armoire blanche, ça fait un peu hôpital. *je sors*



Michael Ange 08/04/2011 11:28



C'est tout droit.


Et ceci elle avait raison: sur fond blanc, c'est mieux une armoire blanche :)



Max Ciliaire 01/10/2010 17:33



Et bien je suis bien content d'être passé ici car j'ai tellement appris de choses que je peux mourir tranquille....ah oui j'oubliais...j'ai bien ri aussi !!


Amicalement.



Michael Ange 01/10/2010 18:47



Bonjour Max,


 


Ben attens un petit peu avant de rendre à Père-Lachaise, y'a encore d'autres choses à lire. Et même sur la mort si ça t'intéresse ;-)


 


Amic too